Restaurations : les architectes au chevet des vieux parcours – Juin 2012

À l’image de nos châteaux ou de nos cathédrales, les meilleurs parcours sont des monuments historiques et doivent à ce titre être préservés. Depuis près de vingt ans, les restaurations se multiplient parmi les grands golfs d’avant- guerre. cette pratique passionnante et indispensable pour la vitalité de notre jeu mérite d’être mieux connue.

En 2014, pour la première fois dans l’histoire du golf américain, les US Opens masculin et féminin se joueront sur le même parcours : le célèbre Pinehurst numéro 2, chef-d’œuvre du prolifique architecte Donald Ross, inauguré en 1907. L’événement ne manquera pas de se faire remarquer pour sa valeur symbolique à deux ans du retour du golf aux Jeux Olympiques, mais il surprendra surtout en dévoilant un paysage golfique inhabituel dans ces épreuves majeures : des fairways fermes et rapides serpentant entre de vastes surfaces sablonneuses parsemées d’herbes folles et d’épines de pin. Pas de rough donc, un terrain trois fois moins arrosé, une nature rendue à son état sauvage et des bunkers re-sculptés conformément aux dessins de Ross. Cette restauration radicale fut menée l’an dernier par Bill Coore et Ben Crenshaw (belle reconversion pour ce champion !), duo d’architectes reconnu pour son respect de l’histoire et des traditions. Visant à retrouver le parcours et les conditions de jeu d’origine, ils ont su marquer les esprits en offrant le lifting du siècle à ce temple du golf mondial.

JdG77 juin2012 Restaurations_Page_1 JdG77 juin2012 Restaurations_Page_2