Le Golf en XXL : et si on jouait avec des trous plus grands ? – Octobre 2012

Véritable hérésie pour les puristes, l’idée d’agrandir les trous fait l’objet de débats réguliers aux États-Unis. Ses partisans y voient le moyen de rendre le jeu moins stressant et plus rapide, une vraie bouffée d’oxygène pour une industrie du golf atone. Faut-il rendre notre jeu plus facile pour recruter davantage de pratiquants ? Du golf ascèse au golf loisir, il revient aux architectes de trouver le juste équilibre entre difficulté et jouabilité.

Selon des chiffres de la National Golf Foundation, près de 5 millions de golfeurs américains auraient abandonné le jeu depuis 2005, soit une baisse de 15 % de la principale population golfique mondiale. Les deux segments contribuant le plus fortement à son renouvellement, à savoir les femmes et les jeunes, auraient même respectivement chuté de 23 % et 35 %. Les études chargées d’élucider ce phénomène s’accordent à dire qu’un grand nombre de pratiquants reprochent au golf d’être un sport trop dur, trop consommateur de temps et, dans une moindre mesure, trop cher. À la recherche de solutions susceptibles d’inverser cette tendance, les principales associations américaines (USGA, PGA of America, etc.) expérimentent divers programmes destinés à promouvoir le plaisir et la détente davantage que la course au score. Par exemple, jouer des trous plus courts sur des parcours réduits à 6, 9 ou 12 trous (« executive courses ») fait partie des pistes en cours d’exploration. Beaucoup plus révolutionnaire, l’agrandissement des trous compte également parmi les options envisagées pour résoudre la crise du golf outre-Atlantique.

JdG81 oct2012 Golf XXL_Page_1 JdG81 oct2012 Golf XXL_Page_2