Mes chroniques

JdG114 mars2016 Trump Turnberry_Page_1

Quand Trump rhabille Turnberry – mars 2016

Qui arrêtera Donald Trump ? En s’offrant le mythique resort écossais de Turnberry, et
moyennant d’immenses travaux, le milliardaire s’est acheté l’espoir de recevoir un jour,
chez lui, un open britannique. De bonnes intentions en dérapages incontrôlés, récit d’une
entreprise commerciale peut-être plus vertueuse qu’on ne l’imagine.

Lire la suite
Royal St George 9

La musique du hasard – Octobre 2015

Demandez à un pro quel est le meilleur trou d’un parcours. Il désignera presque immanquablement le plus difficile, celui où ses compétences lui permettent de creuser l’écart. En revanche, si vous l’interrogez sur son trou préféré, il penchera sans doute plutôt vers les trous risk-reward comme les par 5 touchables en deux ou les par 4 dont on peut driver le green. Contrairement au commun des golfeurs, la raison du champion ne s’accorde pas toujours avec son cœur. Curieuse discordance qui mérite que l’on s’y attarde un peu.

Lire la suite
JdG110 sept2015 Chambers Bay_Page_1

Retour à Chambers Bay – Septembre 2015

Comme à Pinehurst l’an dernier, le parcours de l’US Open 2015 a marqué les esprits par
son caractère inédit. En dépit de nombreuses critiques, Chambers Bay ouvre une fenêtre nouvelle sur l’avenir du golf pour les prochaines décennies.

Lire la suite
JdG108 juillet2015 Colt_Page_1

Sa majesté Harry Colt – juillet 2015

Son nom est Colt, Harry Colt. Géant parmi les géants, ce créateur prolifique a joué un rôle déterminant dans la révolution architecturale de la première moitié du XXe siècle. Par leur justesse et leur ingéniosité constructives ses parcours ont su résister à l’épreuve du temps et démontrer que la qualité architecturale ne vieillit jamais.

Lire la suite
Cruden Bay 15

Pour ou contre les trous aveugles ? – Mai 2015

L’Himalaya, la plus haute chaîne de montagne au monde, est aussi le surnom d’un célébrissime trou aveugle, le n°5 à Prestwick, par 3 légendaire où le tee shot doit enjamber une haute dune traversant la ligne de jeu. Parmi les trous réputés pour leur caractère « blind » on peut également citer le 17 de ce même parcours de Prestwick (Alps, encore une montagne !), le 15 de Cruden Bay ou encore le 5 de Lahinch (Dell). Mais au-delà de ces quelques références prestigieuses, les trous aveugles sont aujourd’hui contestés et tendent à se raréfier à mesure que les clubs se modernisent pour satisfaire aux normes de notre époque. Faut-il s’en désoler ?

Lire la suite
JdG106 mai2015 Par 5s_Page_1

LE GOUT DES PAR 5 – MAI 2015

Peu de par 5 figurent parmi les trous favoris de golfeurs et les changements récents affectant le golf moderne
ne font qu’aggraver ce constat. Devenant trop courts, trop étroits et monotones, ces fragiles géants forment une
espèce menacée qui mériterait pourtant un meilleur traitement. Le temps est venu de retrouver le goût subtil de ces
superbes représentants de l’architecture stratégique.

Lire la suite
JdG104 mars2015 archi_Page_1

De l’art de constuire un parcours – mars 2015

Qu’apporte vraiment l’architecture au jeu de golf ? La question est vaste et les réponses multiples, mais elle mérite
qu’on s’y attarde pour décoder ce qu’elle révèle des mystères de notre sport. Une méditation sur l’âme du golf,
en hommage à André-Jean Lafaurie qui, sans doute, aurait apprécié l’exercice.

Lire la suite
Trump Aberdeen 4

(Trop) difficiles bunkers… – Janvier 2015

Les golfeurs sont parfois impossibles à satisfaire. Architectes, greenkeepers et directeurs en font souvent le constat à propos des bunkers. « Vos bunkers sont trop difficiles !», s’entendent-ils dire sans cesse. Trop profonds, trop grands, trop nombreux, trop sablonneux ou pas assez, au sable trop fin ou au contraire trop lourd… On croirait presque qu’une majorité de joueurs rêvent de parcours sans bunkers. Logique puisque lorsqu’un golfeur n’arrive pas à sortir du sable, le seul coupable c’est le bunker.

Lire la suite
Royal Hague 1

Mort ou vif ? – Novembre 2014

À quoi tient la grande architecture ? Existe-t-il une règle d’or commune à tous les grands parcours ? Un dénominateur commun au-delà de l’évidente trilogie beauté-intérêt–variété ? J’aime particulièrement cette réflexion de Tom Simpson selon laquelle « la vitalité est une qualité essentielle [de l’architecture]. Instinctivement nous ressentons qu’un parcours peut-être vivant tandis qu’un autre sera mort, insipide, manquant d’énergie expressive ».

Lire la suite