Golf d’Hardelot les Pins

Inauguré en 1931, Hardelot les Pins est l’œuvre de Tom Simpson (1877-1964), le légendaire architecte britannique à qui la France doit certains de ses plus beaux tracés (Morfontaine, Chantilly, Fontainebleau, Chiberta…).

Pour peu qu’ils restent fidèles à leur tracé d’origine, les grands parcours vieillissent en général plutôt bien. Avec ses greens merveilleusement ondulés et des trous d’une grande variété, Hardelot a toujours fait partie des étapes incontournables pour les amateurs de belle architecture d’avant-guerre.

Mais le parcours n’en subissait pas moins les outrages du temps, et le temps était venu de lui offrir une vraie cure de jouvence pour lui permettre de retrouver tout son potentiel golfique et esthétique.

Comme bien souvent lorsqu’on restaure un vieux tracé, la première tâche consiste à couper des arbres, tant pour assainir le terrain que pour redonner au jeu tout l’espace dont il a besoin.

Autre opération spectaculaire et immédiatement visible, la rénovation des bunkers dans le style « dentelle brodée » cher à Simpson. Du jour en lendemain, tous les obstacles de sable dont les faces s’étaient progressivement ré-engazonnées reprennent du volume. De nouveaux bien visibles et parfois profonds, ils font réapparaître le danger là où Simpson avait souhaité qu’il soit.

Fiche technique

  • Parcours : golf d’Hardelot – les Pins
  • Architecte : Tom Simpson (1931)
  • Mission : restauration du tracé de 1931
  • Périmètre : 18 trous
  • Date : 3 campagnes hivernales en 2012/13,  2013/14 et 2015/16
  • Projet suivi en partenariat avec Frank Pont

Toujours à fin de redessiner le parcours d’origine, la modification des lignes de tonte permet de retrouver la surface des greens et la largeur des fairways sans lesquels le jeu stratégique ne peut se déployer : là ou des fairways étroits bordés d’arbres n’appellent qu’un seul type de coup, de vastes couloirs de jeu forcent les joueurs à s’interroger sur la meilleure route à suivre.

L’opération ne serait pas terminée sans une foultitude d’autres changements destinés à adapter le parcours au jeu moderne : nouveaux back tees lorsque c’est possible, transformation de certains par 5 en par 4 et pour le 11 et le 15, création d’options de jeu alternatives pour perpétuer l’esprit « fun » de ces trous à l’ère des drives canons.

La restauration des Pins est aujourd’hui très avancée. Le volet architectural a été achevé durant l’hiver 2015/16. Les efforts sont désormais concentrés sur l’agronomie afin d’obtenir un terrain plus vif (roule et fermeté) exprimant davantage encore l’éventail de ses subtilités.

Plan Simpson 1929

Le plan d’Hardelot imaginé par Simpson en 1929.

Le parcours d’aujourd’hui est resté fidèle à l’original. Seuls quelques changements sont à noter :

  • Les trous 1 et 10 ont été inversés suite à la construction d’une route résidentielle derrière le green 9. Ils ont aujourd’hui retrouvé leur ordre d’origine.
  • Le green du 13 a été perdu il y a de nombreuses années suite à différents travaux. C’est heureusement le seul green modifié depuis l’époque de Simpson.
  • Le 14 se jouait d’un angle différent, le départ se prenant plus sur la gauche.

Seuls quelques bunkers de fairways sont indiqués. À ce stade, Simpson n’avait visiblement pas encore déterminé le dessin précis de chaque trou.

Hardelot 7  - ancien 16

Cette photo historique du 7 (indiqué comme le 16 en raison d’une hésitation quant au choix de l’aller et du retour) nous a permis de confirmer 3 points très importants:

  1. les reliefs du green actuel sont très proches de ceux d’origine. Il n’y a pas eu de destruction ni de transformation significative au cours du temps.
  2. les greens étaient bien plus grands à l’origine, et conformément à de nombreux croquis de Simpson, il arrivait souvent que les bunkers « entrent » dans le green.
  3. Simpson avait conçu des bunkers de très grande taille.
Hardelot old 18 backwards

Le green du 18 en 1931. On observe que les ondulations étaient un peu plus marquées à l’époque. Compte tenu de la vitesse des greens modernes, il n’est toutefois pas toujours souhaitable de restaurer les pentes d’origine. Ce type d’intervention doit être examiné au cas par cas et uniquement à condition de disposer de photos historiques suffisamment lisibles.

Hardelot-02b

Avec seulement 5900 mètres pour un par 73, Hardelot était devenu un peu court par rapport aux normes actuelles. Le parcours étant peu extensible, il a été convenu de le « rallonger » en ramenant son par à 71. Comptant six par 5 à l’origine, il suffisait d’en convertir deux en par 4. Notre choix s’est porté sur les trous 2 et 16 en raison de leur longueur modérée et de leur généreuse largeur toujours bienvenue sur les longs par 4.

Ici au 2, l’opération a demandé un aménagement de la retombée de drive. La dune qui barrait auparavant le fairway a été abaissée pour offrir un coup d’approche plus franc vers le green.

Hardelot-04a

Une des rares modifications par rapport au tracé d’origine : le bunker de fairway du 4. La disposition du green suggérant un drive vers la gauche du fairway, il nous a semblé pertinent d’ajouter une défense dans cette zone que protégeait jusqu’à récemment un massif de peupliers. Un mouvement de terrain situé précisément à hauteur de drive s’est imposé comme le point idéal pour implanter notre bunker.

Hardelot-06f

Le green du 6 a retrouvé espace et lumière, des conditions qui lui assurent un bien meilleur état sanitaire tout au long de l’année. Pour ce faire, la dune à gauche du green (à droite sur la photo) a dû être reculée de 10 mètres. Le sable ainsi récupéré a permis de construire un nouveau back tee au 7.

Hardelot 7 AvAp

Le trou n°7 restauré dans son esprit « forteresse ».

Pour retrouver sa surface d’origine, le green a été agrandi de 50% vers la gauche et dans le fond.

Hardelot 8 croquis vs. Ap

Le 8 (ancien 17) pour lequel nous avons retrouvé un croquis de la main de Simpson. On reconnait parfaitement chaque élément du trou : les dunes formant un V, le grand bunker de fairway et le green surélevé entouré d’arbres. En regardant de près on peut voir que Simpson avait imaginé un bunker de green mais toutes les photos aériennes à notre disposition démontrent que celui-ci n’a finalement jamais été construit. Une bonne décision puisqu’un green en apparence peu défendu rend ce trou bien plus énigmatique.

Hardelot-11b

Le 11 dans sa version rénovée. Avec ses grands bunkers en contrebas du green, ce court par 4 a retrouvé son style « tour imprenable ». Mais il nous a également semblé possible d’enrichir le tracé de Simpson en ajoutant une nouvelle rangée de départs à droite du green 10. De là en effet, le drive est plus ouvert et moins long et peut tenter les meilleurs joueurs de jouer directement le green.

Hardelot 12 croquis vs. Ap

Un croquis de Simpson révèle ses intentions pour le 12. Nous avons restauré le principe des 4 bunkers dont le premier est en contact direct avec le green. Cette disposition avait été complètement perdue. Pour la retrouver, nous avons reconverti en green les 10 mètres d’avant-green qui séparaient le bunker du green. Pour ce trou, Simpson avait prévu deux angles de jeu. Ce subtil détail pourrait être restauré dans un futur proche si les départs du 12 venaient à être rénovés.

Hardelot 13 AvAp

Au 13, une mer de bunkers coupait le fairway en deux. Tout en restaurant l’esprit de cet obstacle, nous avons conservé un couloir sans bunker à droite du trou pour permettre aux joueurs (et joueuses) courts de passer sans encombre.

Hardelot trou 14

Au 14, le green a subit de légères retouches. Le sable projeté par des années de sorties de bunkers avaient fini par créer une surélévation qu’il était devenu nécessaire de corriger.

Hardelot-15b

Les progrès du matériel ont rendu le 15 obsolète en permettant aux longs frappeurs de couper le dogleg par la droite. Pour recréer du challenge sans nier cet état de fait, nous avons dédoublé le fairway par la droite pour proposer deux lignes du jeu : à gauche la voie ancienne, plus longue mais sans obstacle et à droite la voie nouvelle, plus courte mais parsemée de bunkers. Si par exemple le drapeau est situé au fond du green à droite, la route de gauche offre un bien meilleur angle d’attaque.

Hardelot-18b

Le 18 prouve que dans certains cas, rénover les bunkers et couper des arbres suffisent à transfigurer un trou.