Qui suis-je ?

Une seule priorité : servir le jeu de golf

Tous les golfeurs savent que le golf n’est pas un jeu comme les autres. Exigeant à l’extrême, obsédant jusqu’à la folie, il peut occuper une vie entière et cette vie aura été bien remplie.
L’architecte ne peut pas se substituer au golfeur pour ce qui est de frapper la balle, mais en concevant les parcours il contribue à écrire le scénario des parties. Comme le rédacteur d’un « livre dont vous êtes le héros », l’architecte imagine des voies, des options, et jette des défis auxquels les golfeurs répondent comme ils le souhaitent ou comme ils le peuvent.
L’architecture de golf telle que je la conçois doit être au service du jeu et des joueurs quel que soit leur niveau, pour émerveiller leurs parties et, pourquoi pas, leur permettre de se révéler à eux-mêmes.

 

Golfeur passionné et esthète

La passion du golf me suit depuis mon adolescence, soit plus d’un quart de siècle à contempler ce jeu d’une richesse inépuisable et à tenter d’en percer les mystères.

Après 11 ans d’une première carrière comme cadre marketing pour L’Oréal puis LVMH, je décidai en 2008 de me tourner vers l’architecture. Redevenu étudiant à la Sorbonne et à l’École d’architecture de Paris-Malaquais, il m’est vite apparu que je pourrais concilier mes passions pour le golf et l’architecture en devenant architecte de golf. De cette belle idée naquit, en 2011, Patrice Boissonnas Golf Design.

Pareil virage professionnel ne s’effectue pas sans une sérieuse motivation. Il y a évidemment le plaisir du golfeur passionné et esthète à imaginer des trous de golf et à les réaliser grandeur nature. La satisfaction ressentie lorsqu’on a cette chance s’accompagne d’un extraordinaire sentiment d’accomplissement.
Mais outre ce plaisir, ma vocation doit également beaucoup à ma frustration de joueur. Pourquoi tant de parcours (en France notamment) passent-ils à côté de l’essentiel ? Pourquoi tant de golfs échouent-ils à produire les vibrations physiques, mentales et esthétiques qui font la magie de ce jeu ? Mal conçus ou mal entretenus, englués dans un manque de culture golf, quantité de parcours anciens ou récents n’atteignent jamais leur plein potentiel. Un gâchis général qui ne fait que des perdants et que j’aimerais contribuer à réparer.

 

Formé par des maîtres

On me demande souvent comment on devient architecte de golf. La vérité c’est qu’il n’y a pas d’autre école que la pratique pour se former à ce métier et que la principale condition pour se lancer c’est de se sentir prêt. Comme le dit si bien Tom Doak : « on est architecte de golf dès lors qu’on s’en sent capable et que l’on trouve quelqu’un pour vous confier son terrain ».

Historiquement, on trouve des architectes venant de tous les métiers : Pete Dye vendait des assurances, Alister MacKenzie était médecin, Colt avocat, Seth Raynor géomètre, sans compter les innombrables joueurs professionnels reconvertis (Jack Nicklaus, Gary Player…) et ceux qui, à l’inverse, n’ont jamais exercé d’autre profession (Robert Trent Jones, Tom Doak…).

Certains architectes sont totalement autodidactes et n’hésitent pas à se lancer sans filet tandis que d’autres préfèrent le compagnonnage et apprennent auprès de maîtres plus expérimentés. Comme une majorité de mes confrères, je fais partie de cette seconde catégorie et je dois beaucoup à deux personnalités connues et respectées mondialement :

• Frank Pont, le leader européen de la restauration de parcours anciens avec qui je me suis notamment associé pour mes travaux à Hardelot et au Touquet. ⇨ pour en savoir plus sur Frank : www.infinitevarietygolf.com
• Mark Parsinen, le promoteur et co-concepteur de deux des plus grands parcours modernes, Kingsbarns et Castle Stuart, tous deux classés dans les 100 meilleurs golfs au monde. ⇨ pour en savoir plus sur Mark : www.castlestuartgolf.com

Herbert Warren Wind (célèbre écrivain de golf américain à qui on doit l’expression “Amen Corner”), a écrit un jour qu’un bon architecte de golf doit conjuguer 3 vertus :
avoir l’âme d’un artiste, le cerveau d’un ingénieur et le cœur d’un golfeur

À bon entendeur…

 

Bio express de Patrice Boissonnas :

Né en 1974
Vit et travaille à Paris, marié, 2 enfants
Index 4
1996 : diplômé de l’ESSEC (école de commerce)
1997 : Maîtrise de philosophie à la Sorbonne
1998-99 : service national à Jakarta – Indonésie
1999-2008 : cadre marketing chez L’Oréal Coiffure, puis Louis Vuitton Malletier
2010 : Master en Histoire de l’architecture à la Sorbonne / École d’architecture Paris-malaquais
2011 : création de Patrice Boissonnas Golf Design